La session parfaite .. mais quoi-t’est-ce ???

La petite session d’hier, à Tronoen, a été l’occasion de se congratuler avec Fabienne pour notre option gagnante du jour. fabienne

Pour le coup, en y réfléchissant, je me suis dit que ça valait un petit billet vite fait, non pour s’épancher, mais plus pour philosopher sur la définition exacte d’une session parfaite.

Y’a-t-il une définition universelle de la sess parfaite, des ingrédients qui sont communs à tous. Évidemment, chacun a son ressenti personnel du plaisir ( et heureusement ! ) mais dans le domaine de la glisse, il semble qu’il existe quelques grandes lignes.

Une constante que je relève, c’est le fait d’être avec les copains. Bon principalement ceux qui prennent un plaisir simple et manifeste d’être dans l’eau. Bah ouais, le pote sympa mais qui râlerait même devant un Hookipa parfait et sans requins, c’est pas qu’il sent le souffre mais franchement, c’est moins fun.

Donc en numéro 1 : des potes et des sourires.

En cela on retrouve l’essence du « surfin’ dream » : les potes, le sable, grillades et guitare.

Bon, les potes c’est cool, mais le monde beaucoup moins. De façon unanime, les « glisseurs » sont plutôt hostiles à la foule. Bah ouais, la foule c’est le coefficient intellectuel du moins malin, divisé par le nombre total de personnes présentes.

Et puis autrui, ça fait souvent la bouée au line up ou alors ça te pécho les prios au take off. ( comprenne qui pourra/voudra )

Donc en numéro 2 : des potes mais pas la planète surf au complet

Voilà voilà voilà, ensuite que nous faut-il ? du soleil, bien sûr

Le soleil est la deuxième constante, je ne connais que peu de rideurs qui kiffent la sess sous la pluie. Euh en fait, j’en connais pas en vrai.

Il faut reconnaitre qu’une session sous le soleil est déjà à moitié réussie.

Donc, en numéro 3 : du soleil.

Et c’est là que les avis diverges, à ce point précis de l’analyse ( c’est un grand mot, disons l’exercice d’écriture). Le support et les conditions météo.

Nos sports de glisse sont extrêmement dépendants des conditions météo et les affinités de chacun avec la pratique sont multiples.

Exemple : j’avoue avoir une passion totale pour les conditions de surf sailing, vent side off light et vagues 1m. Certains de mes camarades glisseurs vont quand à eux, préférer le même jour faire moultes kilomètres pour une session jump side on avec du clapot. C’est zarbi comme choix, mais chacun fait comme il aime :p

Pour en revenir avec la session d’hier, donc, et à la définition d’une session parfaite, Ma définition pour le coup, les 3 conditions communes étaient réunies : soleil, copine et pas grand monde. Mais le piment qui relève le plat, ce n’est pas la nudiste qui s’est baignée à quelques encablures, mais bien le côté assez improbable et le pari réussi que nous avons fait.

Scruter les prévisions météo, connaitre ses spots, maitriser un minimum les paramètres de ses spots et obtenir en récompense la session de chacal. Voilà qui est gratifiant. Il s’agit typiquement d’une sess de local, ça marché tip top sur une courte période de marée, il fallait pouvoir se libérer à la bonne heure.

La recette est donc là, à mon sens : se connaitre ( ses pratiques et compétences), apprendre à gérer les cartes météo, les sites de prévision et appliquer tout ça à ses spots.

Bref, tout ça pour dire que c’était une pure sess bien cool, encore une fois 🙂

 

Les commentaires sont fermés, mais les rétroliens et les pings sont ouverts.