[shapeCAO] : SUP race 12,6

Lorsque Sébastien Le Meaux, mon binôme de rame Handi’vision m’appelle pour me proposer de ramer pour le Paris SUP Crossing Tour, je suis enthousiaste mais ne dispose pas de planche de SUP race. Nous partons à la recherche d’un sponsor motivé par une équipe qui a déjà prouvé par le passé qu’il est possible de faire des courses de SUP en binôme voyant/mal-voyant.

seb-et-loicAprès de nombreuses recherches, la marque Anonym nous fait le plaisir de s’engager à nos côtés.

Pour l’occasion, Sébastien me demande de faire parvenir à la marque des fichiers shape 3D de mes réflexions autour d’un SUP race un peu différent de la production actuelle.

Le mien est shapé main par Pierre Cazadieu, et fait 12’6 x 28.2 x 5.5 pour environ 197 L ( données du fichier, approximatives). En technologie Anonym SUP Custom.

Le premier test se fait la veille du grand week-end de course à Paris, sur le lac des Peupleraies à Tours. Les premières impressions sont conformes à ce que j’attendais ( espérais 😀 ), avec une glisse redoutable sur le plat et une stabilité suffisante pour guider Sébastien. ( On reparlera du rôle de guide en SUP).

 

 

 

Le deuxième test fait l’objet d’un compte rendu sur le blog de la marque Anonym, je le reprend succinctement ici :
Conditions : 14 Km sur la Seine, clapot croisé, courant et vent sur une partie du parcours ( tour des iles et arrivée)

500 personnes qui se mettent à l’eau, ça choque les boards de partout, sans compter ceux qui poussent lors de la mise à l’eau, il faut se cramponner et faire attention à tout.

Le poids léger de la planche aide beaucoup pour se sentir plus à l’aise dans ces manipulations. L’épaisseur relativement faible donne une bonne capacité de rattrapage de dernière minute.

Le SUP est extrêmement glissant sur l’eau, c’est un plaisir de ramer dessus. Et sans parler d’inertie ( le poids léger ne le favorise pas forcément ), je trouve une vraie glisse à chaque coup de rame, une sorte de déplacement en douceur. J’ai ressenti une efficacité incroyable et un confort absolu. Les 14 Km sont passés sans aucune souffrance physique, à tel point que j’ai envisagé de réaliser mes défis personnels plus sereinement ( projets repoussés de descente du canal de Nantes à Brest, entre autres raids ).
Le clapot ne m’a pas gêné, le passage de l’onde se fait sans grand ralentissement, le nose travaille en travers de l’eau et ne me ralentit pas du tout. L’eau semble accélérer le long de la planche, en fait.
Les 28 de large, vus comme un handicap par les pros de ma connaissance, ne me gênent pas dans mon rôle de guide, bien au contraire. En solo, une largeur de 27 voire 26,5 serait sans doute suffisante pour conserver de la stabilité en améliorant la vitesse.

Au final, je sors de cette course avec un grand sourire, les 14 km ont été avalés sans douleur, j’aurais probablement pu en faire 5/6 de plus avec le sourire et sans ralentir.

journalSeine

 

Le temps passe vite, les conditions météo Bretonnes ne laissent que peu de place pour de nouveaux essais en mer, mais la curiosité me taraude, j’ai vraiment envie de voir ce que vaut cette board pensée initialement pour le plat dans un petit downwind léger.

Un créneau express de 30 minutes se libère, il fait moche, mais au moins vent et vagues se sont calmés, je tente le tout pour le tout et fais un test sur le secteur des Sables blancs ( abrité par une pointe en upwind et possibilité de mini downwind en revenant plus au large).

Les instructions étant de préserver au maximum la planche, j’ai fait le choix de partir d’une plage abritée, remonter au vent à l’abri des côtes puis revenir au large en downwind.

L’upwind se passe bien, la pluie est gênante, il fait froid mais je suis motivé et la vitesse de rame est vraiment exaltante, ça va vite, très vite, et sans efforts ….

Je suis prudent néanmoins, la construction est light et risque de marquer, ce que je ne souhaite pas.

Arrivé à mi parcours en terme de timing, je fais une boucle pour prendre le vent et la houle du large, la planche reste stable et facile à faire marcher, tout en gardant une excellente vitesse de pointe.

Première houle, ondulation même, la planche part direct au surf et ça glisse. C’est même sans fin, il faut bien sûr gérer la longueur ( je suis surfeur, donc habitué aux planches courtes), mais la glisse est dingue.

D’onde en onde, le retour se fait en moitié moins de temps que l’aller upwind, je décide de repartir pour un petit tour de manège, ce coup ci upwind et face à la houle.

Quelques coups d’arrêts à noter face aux vagues, mais j’avais pensé le shape pour le plat, donc c’est logique, mais rien de réellement rédhibitoire, demi tour dans la houle qui monte un peu et c’est la chute, trop confiant.

Le froid me prend direct et gâche un peu la fin de session test, je rentre en ramant comme un fou et surfe moins bien.

Fin de session test express ( 30/40 min max), mais j’en retire un sentiment très positif sur la board, elle marche vraiment fort, probablement pas pour de la beach race, mais quelques downwind en conditions légères sont aussi envisageables pour prendre énormément de plaisir. Nul doute qu’avec plus d’expérience, des conditions plus musclées soient envisageables également.

A noter que la construction marque facilement, je pense qu’une construction sandwich serait bénéfique à tester.

 

Les commentaires sont fermés, mais les rétroliens et les pings sont ouverts.